Le plan financier, que dit la législation ?

Le plan financier vu par Florian Ernotte, Acocat

Le droit des sociétés impose aux fondateurs de “remettre au Notaire, un plan financier dans lequel ils justifient le montant du capital social de la société à constituer” (pour les SPRL: article 215 du Code des Sociétés, pour les SCRL: article 391 du Code des Sociétés et pour les SA: article 440 du Code des sociétés).


L’importance du plan financier est trop souvent négligée par les fondateurs de société. En effet, outre son impact sur le “business model” de votre entreprise, un plan financier “bâclé” ou mal rédigé pourra entraîner la responsabilité des fondateurs. Cette situation n’aboutira que dans le cas où la société fait faillite dans les deux années qui suit sa constitution.


L’objectif principal du plan financier est de répondre à la maxime “réfléchir avant d’agir”.


Afin de bien comprendre l’importance du plan financier, il est nécessaire d’examiner d’abord ce que recouvre la notion de capital (section 1).

Ensuite, nous nous attarderons sur le plan financier tel que défini dans le code des sociétés (section 2).

Enfin, nous examinerons la notion de plan financier tel que reprise dans le nouveau Code des Sociétés et des Associations qui a fait l’objet d’une proposition de loi déposée le 4 juin 2018 (section 3).

Section 1 : le capital social

L’un des avantages majeurs de constituer une société est la séparation des patrimoines. La SPRL, la SCRL et la SA dispose, en effet, d’une personnalité juridique propre et donc d’un patrimoine distinct de ses fondateurs et associés. Ce patrimoine et cette personnalité juridique distincte des associés/actionnaires permettent de leur offrir une responsabilité limitée.


Cette responsabilité limitée signifie que les associés ou actionnaires ne seront tenus qu’à concurrence des montants qu’ils ont décidé d’apporter à la société.


Généralement, on souscrit du capital soit en numéraire (en espèce) soit en nature. La souscription en numéraire signifie que l’associé verse un montant déterminé à la société. La souscription en nature signifie que l’associé va apporter des biens à la société. Dans les deux cas, l’associé recevra, en échange de son apport, des titres représentatifs du capital apporté (des parts pour une SPRL ou des actions pour une SCRL ou une SA).


Il existe également un cas spécifique qui ne sera pas examiné ici, l’apport en industrie.


Le code des Sociétés prévoit, en fonction du type de société, un montant minimum de capital à souscrire et à libérer.


Pour la SPRL, le code prévoit qu’il faut souscrire un capital minimum de 18.550 € et que 6.200 € soit au moins libéré lorsqu’il y a deux associés fondateurs ou plus.


Pour la SPRL unipersonnelle (un seul fondateur), le montant du capital minimum à libérer est de 12.400 €.


Pour la SPRL-S (Starter), le capital social peut être de un euro.


Pour la SCRL, le capital minimum à souscrire est de 18.550 € dont 6.200 € à libérer à la constitution.


Pour la SA, le capital minimum à souscrire est de 61.500 € dont l’intégralité doit être libéré.

Section 2: le plan financier dans le Code des Sociétés

La loi impose qu’à la constitution d’une société, un plan financier soit remis au Notaire instrumentant. Ce dernier ne doit pas vérifier le contenu du plan financier mais il a un devoir d’information et devra, en conséquence, attirer l’attention des fondateurs sur l’importance d’un plan financier.


Le Notaire ne doit pas vérifier le contenu du plan financier de sorte qu’il n’y a pas de contrôle a priori.


Pour la SPRL, l’article 215 du Code des Sociétés dispose :


“Préalablement à la constitution de la société, les fondateurs remettent au notaire instrumentant un plan financier dans lequel ils justifient le montant du capital social de la société à constituer. Ce document n'est pas publié en même temps que l'acte, mais est conservé par le notaire.

Dans le cas visé à l'article 211bis, le fondateur est tenu, pour la rédaction du plan financier, dont les critères essentiels sont fixés par le Roi, de se faire assister par une institution ou organisation agréée à cette fin par le Roi, un comptable agréé, un expert-comptable externe ou un réviseur d'entreprises désigné par le fondateur.”


Une disposition similaire existe pour la SCRL (article 391 du code) et pour la SA (article 440 du Code).


Outre l’obligation de déposer un plan financier à la constitution, le législateur a prévu un contenu spécifique à respecter pour la SPRL-S (Starter).


Le législateur a prévu des dispositions, dans l’arrêté-royal d'exécution du Code des Sociétés (article 219ter et suivants de l’AR d’exécution du Code des Sociétés), qui précise le contenu du plan financier ainsi que l’assistance d’un professionnel du chiffre pour la rédaction dudit plan financier.


Pour la SPRL-S (Starter), il est requis que le plan financier contienne:

  1. une description de la société qui va être créée,
  2. un bilan projeté,
  3. un compte des résultats projeté,
  4. un tableau de financement projeté.

Le législateur n’a pas prévu de contenu spécifique pour la SPRL, la SCRL et la SA, ni d’obligation d’assistance par un professionnel du chiffre. Les fondateurs peuvent donc librement rédiger leur plan financier.


L’assistance d’un professionnel du chiffre est toutefois vivement conseillée.

Section 3: le plan financier dans le nouveau code des Sociétés et des Associations

Une proposition de loi a été déposée et concrétise la volonté des praticiens et des pouvoirs politiques de réformer le droit des sociétés afin que la Belgique reste compétitive à l’égard de ses voisins européens, notamment.


Sans reprendre toutes les modifications de cette réforme, nous signalerons que les formes des sociétés sont réformées.


A cet égard, la SPRL disparait au profit de la SRL. Cette réforme prévoit également de supprimer la notion de capital minimum obligatoire pour la société ayant la personnalité juridique. La suppression de l’obligation de disposer d’un capital minimum est toutefois compensée par une exigence de posséder un patrimoine initial suffisant.


Pour ce faire, le nouveau code des sociétés impose toujours qu’un plan financier soit rédigé et déposé lors de la constitution de la société. Toutefois, le nouveau code des sociétés va maintenant fixer les critères, dans le code.


Le nouveau code des Sociétés et des Associations impose dorénavant que le plan financier doit au moins comporter les éléments suivants:

  1. une description précise de l’activité projetée;
  2. un aperçu de toutes les sources de financement à la constitution en ce compris, le cas échéant, la mention des garanties fournies à cet égard;
  3. un bilan d’ouverture établi conformément au schéma visé à l’article 3:3, ainsi que des bilans projetés après douze et vingt-quatre mois;
  4. un compte projeté de résultats après douze et vingt-quatre mois, établi conformément au schéma visé à l’article 3:3;
  5. un budget des revenus et dépenses projetés pour une période d’au moins deux ans à compter de la constitution;
  6. une description des hypothèses retenues lors de l’estimation du chiffre d’affaires et de la rentabilité prévus;
  7. le cas échéant, le nom de l’expert externe qui a apporté son assistance lors de l’établissement du plan financier.

Pour conclure, nous reprendrons une partie de l’exposé des motifs du projet de loi créant le nouveau code des Sociétés et des Associations qui indique :


“En raison du remplacement de l’exigence d’un capital minimum par l’obligation de prévoir un patrimoine initial suffisant, et de la suppression de la SPRL-S, les obligations relatives au plan financier sont renforcées. Son contenu minimum est déterminé dans le code lui-même. Les fondateurs peuvent évidemment se faire aider par un expert externe pour la rédaction d’un plan financier. Cette assistance est certainement recommandée pour les entrepreneurs débutants. Afin de ne pas alourdir les frais de constitution dans tous les cas, il a cependant été décidé de ne pas rendre obligatoire une telle assistance.”


La rédaction du plan financier “doit empêcher que des sociétés soient constituées de manière irréfléchie. En ayant à l’esprit l’expression “réfléchir avant d’agir”, les fondateurs doivent réfléchir à l’activité projetée et mettre à disposition de la société les moyens financiers nécessaires. Ensuite, il protège les fondateurs car il permet au juge de se baser sur la situation et les informations existant au moment de la constitution pour apprécier leur responsabilité dans la constitution d’une société avec un patrimoine initial manifestement insuffisant“.


Florian Ernotte


Avocat au Barreau de Liège


f.ernotte@bls-avocats.be


Retrouvez d’autres articles de Florian Ernotte sur https://florianernotte.be.

TOP^

Pourquoi réaliser une étude de marché ?

Pourquoi réaliser une étude de marché ?

De nombreux porteurs de projets passent à côté de l’étude de marché par manque de temps, d’argent, ou simplement, car ils n’y voient pas d’intérêt. Or, grâce à l’étude de marché, vous allez réduire l’incertitude et augmenter vos chances de réussite car elle permet de tester vos hypothèses de départ et de mieux connaître votre situation.

Les différentes raisons d’effectuer une étude de marché :

  • Mes hypothèses sont-elles réalistes ? Lorsque nous vous lancez dans un projet, vous pensez souvent que votre service ou votre produit a de fortes chances de réussir et d’être un succès. Une étude de marché va vous permettre de valider ou de réajuster ces hypothèses grâce à des informations rationnelles et objectives. Cette étape va vous faire gagner du temps et augmenter les chances de réussite de votre projet.
  • Quel est mon marché ? Une analyse de votre marché vous aidera à valider celui-ci, à connaître ses caractéristiques et à constater si ce dernier a du potentiel pour vous assurer une viabilité économique. Une bonne connaissance du marché vous permettra de l’attaquer de manière plus pertinente et plus efficace.
  • Qui est mon client ? L’étude de marché permettra de dégager le profil de vos clients potentiels, ceux qui sont susceptibles de devenir les consommateurs de vos produits ou services. Une bonne connaissance de vos clients vous permettra également de mieux les cibler lors de vos campagnes marketing.
  • Quelles stratégies marketing vais-je adopter ? Une bonne connaissance du marché et de vos clients vous sera primordiale pour définir votre approche marketing. Grâce à l’identification de vos clients types, vos campagnes marketing seront plus ciblées. Le langage utilisé sera adapté à son public et permettra de le séduire. Les campagnes seront diffusées au bon endroit. En résumé, une bonne connaissance du public vous permettra par la suite de mieux l'approcher.
  • Qui sont mes concurrents ? Définissez clairement vos concurrents directs et indirects (leurs profils, leurs prix, leurs avantages, leurs offres, leurs techniques commerciales, communication …) afin de trouver votre place et de vous démarquer.
  • Quelle est ma stratégie ? L’analyse de vos concurrents et en outre l’étude de marché va vous servir à définir votre stratégie commerciale. Suite à cette analyse, vous choisirez la stratégie qui vous convient le mieux : adapter vos prix, modifier votre offre, déplacer légèrement votre marché vers un marché de niche, etc.
  • Quel prix mes clients sont-ils prêts à mettre pour mon produit/service ? L’étude de marché vous permettra de définir le montant que le consommateur est prêt à débourser. À vous ensuite de l’ajuster en fonction de votre positionnement, de vos prévisions et du chiffre d’affaires attendu.

En conclusion, l’étude de marché est un moment de réflexion, de prise de recul qui vous permettra de prendre des décisions qui reposent sur des éléments concrets avec plus de sérénité. La mise en lumière de la réalité du marché, de ses acteurs, de ses concurrents, etc. va minimiser votre prise de risques. Enfin, elle vous permettra de convaincre divers partenaires de vous suivre (banques, notaires, business angel, entourage, etc.) !



E. GREGOIRE

 


ID-Soft spécialisé depuis 30ans dans les logiciels de plans financiers, suivi de budgets et analyse financière.

Vous cherchez de l'aide ? Ne tardez plus et rencontrez l'un de nos conseillers !

Thèmes: étude de marché, plan financier, nouveau projet

TOP^

Quand et pourquoi établir un plan financier ?

Quand et pourquoi établir un plan financier ?

Un plan financier se justifie dans de multiples circonstances et à des moments différents de la vie de l'entreprise (création, développement, scission ou revente …). On ne peut pas dire qu’il y ait deux plans financiers identiques car chacun se construit autour d’un contexte bien particulier.

La création d’entreprise ou le passage en société.

La création d’une société est l’unique cas pour lequel il est indispensable de rendre un plan financier. Plus particulièrement, cette obligation légale est d’application pour les sociétés où la responsabilité des fondateurs est limitée (SA, SPRL, SCRL). Pour les autres types de sociétés (SNC, SCS, SCRI ou société exercée en « nom propre »), le plan financier est vivement conseillé mais pas obligatoire aux yeux de la loi.

Le plan financier doit comporter au minimum deux exercices de prévisions et doit être remis au notaire avant la constitution de la société.

Rappelons qu’en cas de faillite prononcée dans les trois ans suivant la constitution, les fondateurs sont solidairement responsables des engagements de la société s’il s’avère, au vu du plan financier, que le capital initial était insuffisant pour subvenir aux besoins de la société.

Beaucoup de responsabilités pèsent donc sur les épaules du créateur. D’autant plus que sa tâche n’est pas aisée. Le plan financier est une synthèse complexe dans un environnement extérieur tout aussi complexe. Un oubli est vite arrivé et peut facilement faire basculer le projet du côté ‘Non rentable’.

Face à cette montagne, il est préférable de se faire aider par des professionnels du chiffre (comptables, experts-comptables, organisme d’aide à la création, etc.) pour boucler son plan financier. S’il est bien construit, le plan financier constitue un véritable outil de gestion qui doit servir de boussole pour guider l’entreprise.

La prise de décision stratégique

Avant de prendre une décision stratégique (nouvel investissement, nouveau marché, nouveau produit, reprise, fusion ou encore scission …), il est primordial d’établir un éclairage chiffré du projet.

Véritable diagnostic, le plan financier vous aidera à déterminer si l’entreprise dispose des moyens nécessaires pour atteindre les objectifs qu’elle s’est fixés. Si vos ressources ne suffisent pas à financer vos emplois, un crédit peut être envisagé. La négociation avec votre banquier sera d’autant plus facile si votre plan financier est bien ficelé.

Cette perspective financière servira également d’outil de gestion pour guider l’entrepreneur vers la réussite.

Une évolution de trésorerie incertaine

Le plan financier est également un moyen pour prévenir les problèmes de trésorerie. En modélisant la mécanique financière de l’entreprise, l’entrepreneur pourra analyser ses flux de trésorerie et y détecter d’éventuelles lacunes. Il pourra ainsi réagir à temps en adaptant la stratégie de son entreprise (demande de crédit, adaptation des délais de payement ou de la politique tarifaire…).

Pour l’entrepreneur, l’importance d’être solvable n’est plus à démontrer. Dans le contexte bancaire actuel maussade, il faudra montrer patte blanche pour obtenir un prêt. Pour éviter la dépendance financière, les entreprises cherchent à tout prix à s’auto-suffirent. Dans cette optique, elles cherchent à diminuer les délais de paiement clients et augmenter celui des fournisseurs. Elles sont également plus attentives à l’efficacité de leur gestion de stock pour réduire le besoin en fond de roulement.

Bien que convaincu par son utilité, l’entrepreneur est souvent dépassé par l’investissement à fournir pour obtenir une gestion efficace de trésorerie. Une analyse journalière nécessite des logiciels puissants et généralement trop coûteux à mettre en place. Le plan financier permettra dès lors d’approcher la réalité à un coût minime.

La perspective d’une faillite possible

La loi du 17 juillet 1997 relative au concordat judiciaire stipule que le « concordat ne peut être accordé que si la situation financière de l’entreprise peut être assainie et si son redressement économique semble possible. Les prévisions de rentabilité doivent démontrer la capacité de l’entreprise à se redresser financièrement ». Dans ce but, la demande de concordat adressée au tribunal de commerce doit comprendre « une simulation de l’évolution comptable portant au moins sur les six mois à venir ». S’ensuit, en cas d’acceptation, une période d’observation de six mois au cours de laquelle un plan de redressement est élaboré. Nul doute que ces dispositions sont de nature à inciter le débiteur à produire une prévision financière de qualité qui - à terme - peut lui éviter la faillite.



A. GREGOIRE

 


ID-Soft spécialisé depuis 30ans dans les logiciels de plans financiers, suivi de budgets et analyse financière.

Vous cherchez de l'aide ? Ne tardez plus et rencontrez l'un de nos conseillers !

Thèmes: plan financier, pourquoi réaliser un plan financier, quand réaliser un plan financier

TOP^

10 raisons qui justifient la réalisation d’un plan financier

10 raisons qui justifient la réalisation d’un plan financier

Certains vous diront qu’il n’est pas intéressant de faire des plans financiers car la spontanéité de votre projet s'en trouverait amoindrie et que, dès l'instant où vous en établirez un, vous n'oserez certainement plus vous lancer. Ce point de vue n’est pas le nôtre. Pour nous, il est primordial de réaliser des plans financiers réguliers, et ce pour de nombreuses raisons :


  1. Il structure votre projet;
  2. Il clarifie vos diverses hypothèses;
  3. Il permet d’identifier les besoins financiers indispensables pour mener à bien votre projet;
  4. Il permet de mettre en évidence la viabilité de votre projet;
  5. Il permet de se rendre compte de l’impact de certains coûts sur votre projet. Par exemple, l’engagement d’une personne supplémentaire peut avoir un impact conséquent dont il faut tenir compte;
  6. Il permet d’identifier vos besoins de trésorerie;
  7. Il permet de convaincre les investisseurs;
  8. Il est un document indispensable afin d’obtenir un financement auprès des banques;
  9. Enfin, réalisé sur trois à cinq ans, il vous permettra d’anticiper le futur.
  10. Le plan financier est un outil de gestion primordial pour une entreprise. Il permet à l’entrepreneur de piloter sa société et de savoir vers où il se dirige;

E. GREGOIRE

 


ID-Soft spécialisé depuis 30ans dans les logiciels de plans financiers, suivi de budgets et analyse financière.

Vous cherchez de l'aide ? Ne tardez plus et rencontrez l'un de nos conseillers !


Thèmes : plan financier, rentabilité, trésorerie

TOP^

Etablir des prévisions de trésorerie : est-ce vraiment nécessaire ?


Etablir des prévisions de trésorerie : est-ce vraiment nécessaire ?

Il est essentiel d’établir des prévisions de trésorerie afin d’avoir une gestion financière saine. L’établissement de prévisions financières et de flux de trésorerie permet aux entreprises de renforcer leur bilan, d’améliorer leur stabilité financière et d’accroître leur rentabilité.


Il est important de comprendre que la gestion de la trésorerie n’est que prévisionnelle. En effet, la plupart des décisions du trésorier sont prises sur base de flux financiers ou de positions de comptes prévisionnels ; il est donc nécessaire pour le trésorier de savoir établir des flux de trésorerie sur différentes périodes. Si ces prévisions sont adéquatement mises en place, elles permettront le contrôle, la mise en alerte et la description de la situation face aux risques que le trésorier doit couvrir.


Nous avons donc vu la grande nécessité d’établir des prévisions pour l’entreprise. Afin d’établir des prévisions de trésorerie, le trésorier va dresser le budget de trésorerie ou le plan de trésorerie. Il s’agit d’un document qui recense les prévisions d’encaissements et de décaissements de l’entreprise sur une période donnée. Le plus souvent, ce document s’établit sur base annuelle dans le but d’évaluer la saisonnalité de la position de trésorerie mois par mois et d’optimiser sa gestion prévisionnelle. Ce budget annuel de trésorerie a également pour but d’évaluer le besoin de financement à court terme de l’entreprise, de vérifier la capacité de la trésorerie à absorber les actions prévues (variation du besoin en fonds de roulement, nouveaux investissements, remboursements d’emprunts, versements de dividendes, etc.) ainsi que de calculer les frais ou produits financiers à court terme.


Afin d’établir ce budget, il est nécessaire qu’un certain nombre de données soient communiquées par les différents services. Il est l’aboutissement de tous les budgets réalisés par les différents départements de l’entreprise (achats, ventes, investissements, personnels, etc.). Ce plan est la synthèse, sous forme de flux monétaires, de tous les budgets identifiés en amont et permet de mettre en évidence les actions à mener au niveau de la trésorerie. Il est, en principe, calculé sur douze mois et les flux cumulés et la position de trésorerie sont définis chaque mois. Les montants comptabilisés dans le budget étant TVA comprise, il faut également établir un budget prévisionnel de TVA de façon à intégrer les dépenses dues au paiement de celle-ci.


N’hésitez donc plus ! Etablissez votre budget de trésorerie afin de pouvoir prévoir vos dépenses futures et ainsi assurer la pérennité de votre entreprise.

V. Davreux

 


ID-Soft spécialisé depuis 30ans dans les logiciels de plans financiers, suivi de budgets et analyse financière.

TOP^

Pourquoi réaliser un business plan ?

Pourquoi réaliser un business plan ?

Pour certaines personnes, la réalisation d’un business plan sert uniquement pour lever des nouveaux capitaux ou pour introduire la demande d’un nouvel investissement à la banque. Cependant, un business plan présente bien d’autres avantages : c’est un outil puissant de gestion, primordial dans ce monde en perpétuel changement.

Un business plan vous oblige à réfléchir sur votre activité, votre positionnement par rapport aux concurrents, votre marché, l’évolution de vos produits et services, l’analyse de vos aptitudes, ressources, atouts et faiblesses, vos stratégies futures et votre état financier.

Il vous permet ensuite d’analyser votre passé et d’en tirer des conclusions afin de ne pas commettre les mêmes erreurs. En effet, il vous permet de prédire le futur que vous comparerez par la suite avec la réalité du terrain. L’analyse des écarts vous donnera de bons indicateurs sur les stratégies futures à prendre.

Un business plan tente de vous prédire le futur. Que vous soyez une entreprise existante ou un porteur de projet. Les prévisions financières et le budget serviront de guide à travers vos étapes clés et le management de votre activité.

Il permet de rassembler vos employés autour d’une même vision.

Par ailleurs, il permet de bien connaitre son environnement, son marché, ses concurrents, etc., ce qui permettra à l’entreprise d’avoir plus de chances de se trouver au bon endroit au bon moment.

En résumé, le business plan vous aide à décrire les lignes directives du futur de votre entreprise, ce à quoi vous aspirez.

E. GREGOIRE

 


ID-Soft spécialisé depuis 30ans dans les logiciels de plans financiers, suivi de budgets et analyse financière.

Vous cherchez de l'aide ? Ne tardez plus et rencontrez l'un de nos conseillers !

Thèmes : business plan, plan financier, lever de fond

TOP^

Infographie - Santé financière de l'entreprise

N. Bakthar

 


ID-Soft spécialisé depuis 30ans dans les logiciels de plans financiers, suivi de budgets et analyse financière.

TOP^

Les ratios propres aux entreprises sociales

Les ratios propres aux entreprises sociales

Les ratios financiers sont des indicateurs utilisés pour conduire des analyses financières d’entreprises. Ils sont le plus souvent utilisés par le dirigeant pour suivre son entreprise ou par des repreneurs d’entreprises et investisseurs, notamment dans le cadre d’une évaluation de la valeur de l’entreprise.


Un ratio financier représente un coefficient ou un pourcentage calculé par un rapport entre deux masses. Il se base sur des données existantes (passés, présentes et futures lors de prévisions financières).


Il fournit une indication sur la rentabilité d’une entreprise, la structure de ses coûts, sa productivité, sa solvabilité, ses liquidités, son équilibre financier, etc.


Les ratios financiers sont généralement regroupés en 4 grandes catégories :

  • Les ratios d’exploitation,
  • Les ratios de rentabilité,
  • Les ratios de solvabilité,
  • Les ratios de structure.

Mais dans certains cas, il est intéressant de mettre en avant une 5ème catégorie, reprenant les ratios propres aux entreprises sociales. Parmi ceux-ci, on peut citer :<:p>

  1. Le ratio de financement par le marché montrera la part des rentrées financières provenant des ventes de produits et prestations de services face à l’ensemble des rentrées dites ‘hors marché’;
  2. Le ratio de financement ‘hors marché’, à l’inverse, montrera la part des rentrées financières telles que les cotisations, les dons, les legs ou encore les subsides face aux ventes de produits et prestations de services;
  3. Le ratio de financement public de l’emploi informera l’analyste de la part des frais de personnel financée par les financements publics…;
  4. … tandis que le ratio de financement du personnel permettra de voir si le disponible de la période permet d’assumer le payement des salaires mensuels.

Ces ratios permettent donc d’établir certaines analyses propres aux entreprises sociales financées en partie par des fonds publics.

PF. JANSSEN

 


ID-Soft spécialisé depuis 30ans dans les logiciels de plans financiers, suivi de budgets et analyse financière.


Thèmes : ratios, entreprise sociale, ratios financiers

TOP^

Infographie - Changements ATN (avantages de toute nature) prévu pour 2018

N. Bakthar

 


ID-Soft spécialisé depuis 30ans dans les logiciels de plans financiers, suivi de budgets et analyse financière.

TOP^

Plan financier - les erreurs à éviter

Plan financier - Les erreurs à éviter


Le plan financier va vous aider à vendre votre projet ou votre nouvel investissement auprès de partenaires clés. Cependant, de nombreuses erreurs peuvent s’y glisser et le rendre moins pertinent. Vous trouverez ci-dessous une liste non exhaustive de points auxquels vous devez rester attentif :

Ne pas prendre en compte la saisonnalité de vos ventes

Nombreuses entreprises subissent un phénomène de saisonnalité, ce qui entraîne des irrégularités de revenus tout au long de l’année. Ce caractère saisonnier influence également fortement la trésorerie et impactera le besoin en fond de roulement de votre activité.

Surestimer le chiffre d’affaires

Généralement, l’entrepreneur est trop optimiste et aura donc tendance à surestimer son chiffre d’affaire.

Il est donc important de se poser les bonnes questions, de prendre en compte et de bien analyser son étude de marché :

  • Quels sont les produits et/ou services que vous allez vendre ?
  • Comment avez-vous déterminé le prix de vente ?
  • Où vous situez-vous par rapport à vos concurrents ?
  • Comment avez-vous déterminé les quantités ?
  • Quelle quantité de produits un commercial peut-il vendre ?
  • Etc.

Ne pas utiliser un logiciel pour écrire votre plan financier

Vous pouvez réaliser vos prévisions financières grâce à un tableur Excel de base que vous avez trouvé sur internet ou que vous avez développé personnellement. Cependant, un logiciel de prévisions financières sera entre autres souvent plus facile et plus agréable d’utilisation, vous évitera les erreurs de calcul et vous fournira des rapports propres et détaillés.

N'effectuer qu’un seul scénario

Le plan financier n’est pas un document statique. Ce dernier doit vous permettre d’analyser et de tester différents scénarios afin de valider celui qui vous semble le plus réaliste.

Une première idée germe dans votre esprit. Cependant, petit à petit, grâce à votre étude de marché et aux diverses rencontres que vous ferez, diverses hypothèses jailliront. Pour chacune d'entre elles, il peut être nécessaire de réaliser un plan financier, qui vous permettra de vous rendre compte de la viabilité du projet et de l’ajuster.

Oublier certaines dépenses

Il est important d’estimer de façon exhaustive toutes les dépenses de votre projet. En effet, oublier un poste peut fortement influencer la rentabilité de votre affaire ou encore avoir des conséquences sur votre trésorerie, ce qui peut entraîner des difficultés financières ultérieures.


E. GREGOIRE

 


ID-Soft spécialisé depuis 30ans dans les logiciels de plans financiers, suivi de budgets et analyse financière.

Vous cherchez de l'aide ? Ne tardez plus et rencontrez l'un de nos conseillers !

Thèmes: plan financier, logiciel plan financier, erreurs plan financier

TOP^

Anticiper pour mieux décider : l’importance du suivi de budget

Anticiper pour mieux décider : l’importance du suivi de budget

En tant que comptable, vous êtes un acteur clé pour aider le dirigeant d’entreprise à piloter sa société, c’est-à-dire l’amener vers une situation préalablement déterminée. Pour dessiner au mieux le chemin à parcourir, il faut se fixer une stratégie pour atteindre des objectifs et ensuite décliner cette stratégie en actions de tous les jours.

Pour pouvoir se positionner, coordonner ses activités et se projeter dans le futur, le dirigeant peut avoir recours à un outil de pilotage et d’aide à la décision : le suivi de budget !

En effet, essayer de piloter une entreprise uniquement avec la comptabilité traditionnelle, sans suivi de budget et sans tableaux de bord, c’est un peu comme essayer de piloter une voiture en regardant seulement dans le rétroviseur.


Établir un suivi de budget permet de répondre à deux questions essentielles à tous les moments de la vie de l’entreprise :

  • Est-on sur la bonne route ?
  • A-t-on atteint (ou sommes-nous en train d’atteindre) les objectifs fixés ?

Avant de pouvoir aborder un suivi de budget cohérent, il faut donc au préalable fixer les prévisions budgétaires et les objectifs à long terme dont elles découlent en partie.

Le projet de création ou de développement doit comporter des prévisions montrant comment l’entreprise fonctionnera durant sa croissance. Une fois la situation financière actuelle dressée et les objectifs formulés, il sera possible d’établir des prévisions fondées sur les besoins financiers. On établit habituellement deux types d’états financiers prévisionnels pour indiquer comment l’entreprise entend s’y prendre :

  • Des prévisions annuelles s’échelonnant sur une période d’un à cinq ans,
  • Un budget mensuel de trésorerie pour au moins la première année.

Un budget est donc une expression monétaire d’un plan d’action pour une période spécifique. Cet outil de structuration et de présentation aide à concrétiser à court terme les objectifs fixés à long terme.


La phase de suivi permet une confrontation entre les résultats réels et les standards du budget. Cette analyse permet une gestion dynamique plutôt que statique au sein d’un processus d’amélioration continue.

Un suivi de budget permet donc de savoir à tout moment d’où on vient, où on est, et vers où on va… !

P.F JANSSEN

 


ID-Soft spécialisé depuis 30ans dans les logiciels de plans financiers, suivi de budgets et analyse financière.

Vous cherchez de l'aide ? Ne tardez plus et rencontrez l'un de nos conseillers !

Thème : budget, importance du budget, suivi de budgets, budget en entreprise, budget prévisionnel

TOP^

Les budgets... A quoi ça sert ?

Les budgets... A quoi ça sert ?


Pour beaucoup de responsables financiers et dirigeants d'entreprise, les prochaines mois vont être consacrées à la réalisation des budgets.


Cette tâche, gourmande en temps et en attention, a de nombreux objectifs pour la pérennité de l'entreprise, tous aussi primordiaux les uns que les autres. Parcourons ensemble quelques avantages à retirer d'un budget.

Meilleure vision de l'avenir, il rassure :

Compte tenu de la complexité de la vie économique et de ses incertitudes sans cesse croissantes, bien estimer ses rentrées et ses dépenses aide à éclaircir l'avenir financier de l'entreprise. Basée entre autres sur les derniers bilans et comptes de résultats, l'élaboration du budget permet de parcourir de manière exhaustive tous les postes, et de repérer ainsi par exemple les coûts inutiles ou surélevés.

Outil de simulations, il aide à prendre les bonnes décisions

Pour faire évoluer l'entreprise, il importe de prendre en compte les variations attendues, comme un nouvel investissement, l'obtention d'un emprunt ou d'un subside, une adaptation de prix, l'engagement de personnel supplémentaire, etc. Chaque fois qu'il faut faire un choix, une part d'incertitude fragilise la décision. HannaH permet de réduire considérablement cette zone d'incertitude, en donnant directement l'impact de la décision, tant au niveau de la rentabilité que de la trésorerie.

Outil de gestion permanent, il permet d'adapter les stratégies dans les temps :

Estimer l'avenir est un exercice délicat. C'est la raison pour laquelle il est important et utile de revoir et retravailler régulièrement ses prévisions. Dans HannaH, la fonction 'Sauver sous' permet de modifier facilement les prévisions de base sans pour autant en perdre la trace.

Outil de suivi et de contrôle, il aide à rectifier le tir :

Comparer le budget à la réalité et calculer les écarts fournissent une information précieuse au dirigeant. Ainsi, il est par exemple possible que le chiffre d'affaires réel d'une entreprise soit meilleur que prévu, même si un des produits ne rencontre aucun succès. Autre exemple fréquemment rencontré : des écarts négatifs peuvent être constatés au niveau des frais généraux ; une analyse détaillée permet souvent de mettre le doigt sur un ou plusieurs postes touchés par une surconsommation anormale...

J.  SERVAIS

ID-Soft spécialisé depuis 30ans dans les logiciels de plans financiers, suivi de budgets et analyse financière.

Vous cherchez de l'aide ? Ne tardez plus et rencontrez l'un de nos conseillers !

Thème de l'article : budget prévisionnel, suivi de budgets, budget en entreprise, importance d'un budget

TOP^

La clé du succès de l'entreprise passe par un budget bien suivi...

La clé du succès de l'entreprise passe par un budget bien suivi...

HannaH - suivi de budget


Pour le dirigeant d'entreprise, il est impératif d'évaluer l'avenir chaque année.

Sur base d'une estimation des produits et charges attendues et si possible en s'aidant des derniers bilans et compte de résultats de l'entreprise, celui-ci budgétisera l'année suivante. Pour obtenir un bon budget, il partira d'hypothèses réalistes, essaiera de prévoir les dépenses le plus précisément possible et introduira toutes les variations attendues: un nouvel investissement, l'octroi d’un prêt, l'engagement de personnel, une adaptation des prix, l'obtention de subsides, …


Certains responsables affirment toutefois qu'ils n'ont pas besoin de budget pour estimer ce que l'avenir leur réserve. C'est oublier la complexité croissante de la vie économique et les incertitudes qu'elle comporte. Un petit écart peut avoir de grandes conséquences !


C'est pour cette raison que le budget devra, durant l'exercice suivant, être régulièrement revu et travaillé. Ainsi, l'entreprise disposera d'un système qui l'aidera à mesurer et à améliorer ses performances.


Il est évident que les prévisions se différencieront de la réalité et qu'il est donc nécessaire de mesurer les écarts. C'est bien de prévoir une hausse de 3 % du chiffre d'affaires pour l'année qui vient mais qu'en est-il après 3 mois d'activité ? A intervalles régulier, tous les mois ou au moins tous les trimestres, il sera impératif de comparer le budget avec les réalisations effectives.


Pour parvenir à une bonne analyse, il conviendra non seulement de bien étudier les écarts sur les grandes rubriques, tels que les ventes, la production ou les achats, mais aussi d’analyser le détail de certaines d’entre elles. Cela permettra par exemple de mettre en évidence que la progression des ventes sur les 3 premiers mois est due au succès d’un seul produit alors qu'un autre produit connaît un retard important pour cette même période.


Cette première analyse par rubrique et par poste fournit une information précieuse à l'entreprise, mais elle ne fournit pas encore une vue globale de l'impact sur les résultats des écarts constatés. Ainsi, si l’engagement d’un vendeur supplémentaire a été nécessaire pour générer le chiffre d’affaires budgétisé, le résultat peut s’avérer moins positif que prévu. Les écarts sur d'autres chiffres clés tels que la marge brute, la valeur ajoutée et le cash-flow fournissent également des informations intéressantes.


Enfin, l’analyse optimale découlera de la détermination du résultat, non plus sur 1 mois ou sur un trimestre, mais sur l’entièreté de l’exercice, en combinant les chiffres réels pour les mois écoulés avec les chiffres budgétisés pour les mois à venir.


Peut-être avez-vous l'impression que cette approche ne concerne que les grandes entreprises ou vous demanderait trop de temps ? Détrompez-vous; une petite entreprise peut tirer parti de tels enseignements, rectifier ses actions et optimiser sa gestion dans le futur.


Un bon outil informatique rendra cette approche efficace.


J. SERVAIS

 

ID-Soft spécialisé depuis 30ans dans les logiciels de plans financiers, suivi de budgets et analyse financière.

Vous cherchez de l'aide ? Ne tardez plus et rencontrez l'un de nos conseillers !

Thème de l'article : suivi de budgets, budget en entreprise, importance du budget.

TOP^