Description détaillée de l’activité projetée

Au regard du nouveau Code des sociétés, on constate que l’élaboration d’une description détaillée de l’activité projetée est un point essentiel à aborder lors de la création de votre plan financier. Ci-dessous, nous vous proposons ainsi quelques outils qui vous aideront à décrire au mieux le projet de votre entrepreneur.


Ayant chacun nos affinités, choisissez la manière qui vous parle le mieux. C’est un document que vous pouvez aussi bien remplir avec votre porteur de projet que lui laisser la possibilité de le remplir au préalable.

1er outil : Business plan

Un business plan - ou plus communément appelé « un plan d’affaires » - est un document reprenant une série de questions aidant à détailler au mieux le projet. Il permet de réfléchir au mieux à l’activité, à son positionnement par rapport aux concurrents, au marché, à l’évolution des produits et services, à l’analyse relative aux aptitudes du porteur de projet, aux ressources, aux stratégies futures… Le business plan participe à l’écriture des lignes directives concernant l’avenir de l’entreprise.


Nous avons conçu deux business plans que vous pouvez télécharger gratuitement :

2ème outil: Business Model Canvas

Le Business Model Canvas permet de définir le modèle économique de l’entreprise. Généralement, le Business Model est une partie du Business Plan. Le Business Model Canvas vous permet de réfléchir au modèle stratégique et d’avoir une vue synthétique de votre projet. Comment est-il présenté ? Le Business Model Canvas - représenté sur une page et divisé en 9 segments reliés entre eux (lients, proposition de valeurs, canaux de distribution, relation clients, flux de revenus, activités clés, ressources clés, partenariats clés, structure de coûts) - vous donnera une image synthétique de votre projet/entreprise une fois celui-ci complété.


👉 Vous trouverez ici un Business model canvas.

3ème outil : Analyse S.W.O.T

L’analyse S.W.O.T est un outil qui peut également aider à la description de votre projet. Il s’agit d’un outil qui aide les entreprises, notamment pour la stratégie commerciale et le marketing. Il permet de faire une analyse synthétique d’une situation.

Comment la remplir ? Commencez par définir le champ d’action. Ensuite, lors du remplissage, il est important de s’appuyer sur des faits et non sur des intuitions. L’analyse S.W.O.T doit être écrite de manière synthétique et aller à l’essentiel.


👉 Téléchargez un Analyse SWOT

TOP^

Nouveau code des sociétés, la responsabilité de l'expert accentué

Avec le nouveau code des sociétés, lors de la création du plan financier, la responsabilité de l'expert est accentuée.

Comment vous protéger ?

En tant que professionnel du chiffre, il est important :


  • D’établir une lettre de mission couvrant notre responsabilité et définir des honoraires adaptés à la mission et aux responsabilités. Ci-dessous, trouver un exemple d'avant-propos et une déclaration des fondateurs
  • D’établir une check-list des éléments à collecter et des questions à poser;
  • De se réserver la preuve des hypothèses posées et du fait de les avoir challengées;
  • De se réserver la preuve que toutes les questions ont bien été posées et tous les scénarios envisagés;
  • D’obtenir les informations du client par écrit (preuve);
  • De faire signer le plan financier par le client ainsi qu'une déclaration sur l’honneur confirmant que les informations s’y trouvant ont bien été transmises par ses soins.

Exemple d’avant-propos :

Lors de la constitution d'une société, les fondateurs doivent établir un plan financier justifiant que le patrimoine initial est suffisant pour permettre l’exercice de l’activité de manière pérenne pendant les deux premières années au moins. En cas de faillite durant les trois premières années, la responsabilité des fondateurs pourra éventuellement être mise en jeu s’il s’avère que le patrimoine initial était manifestement trop faible ou que le plan financier était inadapté. Pour l’évaluation du caractère suffisant de ce patrimoine initial, il pourra également être tenu compte, en plus des fonds propres, d’emprunts subordonnés.


Nous présentons dans le rapport ci-après les données financières prévisionnelles du projet de %Contact%, à partir des éléments communiqués sous sa responsabilité.


Nous rappelons que les projections réalisées ont une valeur indicative et restent tributaires des aléas du marché et des facteurs économiques qui ne peuvent être modélisés dans le cadre des présentes.


Exemple de déclaration des fondateurs

Par la présente, je, soussigné %Contact%, fondateur de la SRL %Customer%, déclare que les informations prévisionnelles relatives aux marchés, qu'il s'agisse des ventes, des acquisitions (approvisionnements, investissements), des frais de personnel, ou de toutes modifications y relatives contenues dans le présent plan financier sont bien des instructions transmises par mes soins.


Je reconnais en outre avoir été informé(e) des risques relatifs à la faisabilité du projet et en aucun cas, la fiduciaire %Licence%, nous ayant assisté dans sa mise en forme ne pourra être tenue pour responsable car elle a agi sur base de l'information qui lui a été communiquée. Elle n'est en effet pas apte à examiner de manière approfondie ces informations, et ne peut encourir aucune responsabilité pour les conséquences qui pourraient être causées par des informations fausses ou incomplètes.

TOP^

Des beaux plans financiers … avec HannaH c’est possible !

Comme vous le savez surement, il est possible d’imprimer vos plans financiers dans Word avec HannaH. Dans ce document, nous allons partager avec vous des trucs & astuces pour vous faciliter la personnalisation.

Modèle permanent

Il est possible de faire un modèle type (vos couleurs, logos et polices) qui sera utilisé lors de chaque impression de dossier.


Comment faire ?

  1. Sur votre bureau, faites un clic droit sur votre icône d’HannaH, et choisissez l’option « ouvrir l’emplacement du fichier»
  2. IMPORTANT ! Faites un clic droit sur le fichier « HannaHModeleRapport» et prenez l’option « ouvrir » (il est vraiment important de l’ouvrir de cette manière-là et pas en double cliquant sur le ficher)
  3. Votre fichier est maintenant ouvert en .dotx et vous pouvez apporter toutes les modifications que vous souhaitez.
  4. Enregistrez votre modèle, et HannaH partira chaque fois de celui-ci pour imprimer vos nouveaux rapports.

Modifier les couleurs des titres

Le rapport d’HannaH est structuré avec différents titres ce qui permet de modifier (couleur, police) très rapidement tous les titres d’une catégorie d’un seul coup.

  1. Ouvrez votre document comme indiquer dans la rubrique « modèle permanent »
  2. Ensuite, dans l’accueil de votre Word, allez dans la section « style » (cfr. Capture d’écran ci-dessous)
  3. Faites un clic droit par exemple sur « Titre 1 » et choisissez l’option « modifier »
  4. Vous pouvez modifier la couleur, police…. Du « titre1 ». Ces modifications seront reprises partout dans le modèle Word où le « titre 1 » est utilisé.

Vous pouvez faire la même opération avec les différents titres.


Insérer un logo

Pour insérer votre logo sur la page de garde :

  1. Rendez-vous dans « insertion »
  2. Dans la section « Illustrations » cliquez sur « images »
  3. Prenez votre logo et insérez-le
  4. Ensuite placez-le ou vous souhaitez sur la page (il peut être intéressant d’utiliser l’option ‘position’

Sauts de page

Un tableau est coupé en deux, et vous souhaitez que tout apparaît sur la même page ? Vous pouvez effectuer un saut de page.


Comment faire ?


Mettez-vous à l’endroit où vous souhaitez le faire et appuyez sur la touche ctrl + enter.


2 Astuces, une fois les impressions effectuées :

Changer facilement l’ordre de vos rubriques

Il est très facile de changer l’ordre de vos rubriques, sans passer par des coupers/collers.


Comment faire ?

  1. Dans le menu du Word, rendez-vous dans « Affichage»
  2. Ensuite, dans la première section « Vues», cliquez sur « Plan »
  3. « Afficher le niveau»

Actualiser la table des matières

Dans votre dossier HannaH, une table des matières est générée automatiquement. Si vous avez supprimé ou inséré des rubriques par la suite ou réaliser des sauts de page, n’oubliez pas de la mettre à jour.

  1. Pour ce faire, rendez-vous à la table des matières
  2. Cliquez dessus
  3. Au-dessus vous avez l’opportunité de « mettre à jour la table des matières»
  4. Cliquez, et choisissez la deuxième option « mettre à jour toute la table des matières». Les numéros de pages et vos titres s’adapteront.
TOP^

La responsabilité des associés en cas de plan financier insuffisant de Florian Ernotte Avocat au Barreau de Liège

La responsabilité des associés en cas de plan financier insuffisant

Dans un article précédent, j’examinais le contenu que devait revêtir un plan financier.


Outre l’utilité d’un plan financier (expliqué ici et ), le Code des Sociétés prévoit un régime spécifique de responsabilités des fondateurs dans le cas d’une faillite prononcée dans les trois années de la constitution de la société.


Nous examinerons le régime de la SPRL dans le Code des Sociétés. Les principes applicables étant transposables aux autres types de sociétés.


Pour rappel, l’article 215 du Code des Sociétés précise l’obligation des fondateurs de remettre au Notaire un plan financier dans lequel ils justifient le montant du capital social de la société à constituer.


Pour le régime de responsabilité lié au plan financier, le Code des Sociétés prévoit pour la SPRL que les fondateurs seront tenus :


“Des engagements de la société dans une proportion fixée par le juge, en cas de faillite, prononcée dans les trois ans de la constitution si le capital social ou dans le cas visé à l'article 211bis, les fonds propres et les moyens subordonnés, étaient, lors de la constitution, manifestement insuffisant pour assurer l'exercice normal de l'activité projetée pendant une période de deux ans au moins.” (Article 229, 5° du Code des sociétés)


La responsabilité des fondateurs pourra donc être engagée sur cette base, raison pour laquelle la rédaction du plan financier ne doit pas être prise à la légère.


Le pouvoir d’appréciation du Juge est également très grand puisque ce dernier devra juger si:


“Les fonds propres de la société et les moyens subordonnés, étaient, lors de la constitution, manifestement insuffisant pour assurer l'exercice normal de l'activité projetée pendant une période de deux ans au moins.”


Si c’est le cas, le Juge devra également décider dans quelles proportions (totalement ou partiellement), les associés fondateurs seront tenus des dettes de la société faillie.


La question qui se pose est donc une question purement pratique et devra s’examiner au cas par cas.


Nous pouvons également nous référer aux travaux préparatoires de la loi qui précise que :


« Il est trop facile d’avoir des idées juste après les faits et par conséquent, il est à craindre que les appréciations portées après coût ne soient quelque peu arbitraires.


C’est pourquoi il est proposé que les fondateurs soient obligés, dès avant la constitution d’une SA ou d’une SPRL, d’établir un plan financier dans lequel ils devront justifier le montant du capital qu’ils rassemblent.


Un document de cette nature donnera la certitude que l’entrepreneur réfléchit avant de lancer son entreprise. De plus il constitue dans une certaine mesure une garantie contre toute arbitraire éventuel dans l’appréciation post-factum de ce qui a pu être considéré comme un capital suffisant dans les circonstances données, c’est-à-dire au moment de la création de la société ». [1]


Il s’agit essentiellement de permettre aux fondateurs de justifier les prévisions chiffrées ainsi que les moyens de financement mis à la disposition de la société pour assurer l’exercice normal de l’activité projetée pendant une période de 2 ans au moins.


En fonction du type d’activité projeté, les besoins en financement seront évidemment différents.


Une décision sur la question a été prononcée le 8 novembre 2017 par le Tribunal de Commerce de Liège.

Dans cette affaire, le plan financier prévoyait comme moyens de financement des investissements :

  • la libération de capital à concurrence de 6.200 €,
  • un crédit bancaire de 50.000 €,
  • un prêt auprès d’un tiers à concurrence de 13.800 €.


Les moyens de financement propres représentaient donc seulement 8 % du montant total d’investissement (70.000 €).


Les fondateurs avaient mandaté un bureau comptable pour la rédaction du plan financier. Le bureau comptable, sur la base des éléments qui leur avaient été transmis, avait relevé que :

  • le détail des investissements était insuffisamment préparé,
  • les moyens de financement étaient trop courts tant pour le volet investissement que pour le financement du besoin de fond de roulement.


Le plan financier mentionnait des frais de constitution à concurrence de 2.500 € et des frais d’aménagement à concurrence de 61.500 € et 6.000 € pour d’autres investissements soit un montant total de 70.000 €.


Le fonds de commerce était, quant à lui, mis en location-vente. Un loyer devait donc être payé mensuellement de sorte que les fonds de départ étaient manifestement insuffisants puisque les associés n’avaient pas prévu suffisamment de moyens pour le fonds de roulement.


Il s’est par ailleurs avéré que le crédit auprès d’un tiers et le crédit bancaire n’ont pas été sollicité.


Le Tribunal de Commerce de Liège a donc condamné logiquement les associés fondateurs à un montant de 50.000 € en estimant que le capital était manifestement insuffisant.


Le projet de Code des Société et des Associations, qui devrait être voté en janvier 2019, prévoit des dispositions identiques de sorte qu’il n’y aura pas de changement à la suite de cette réforme sur ce point à l’exception des exigences de contenu relevés dans mon article précédent.


Florian Ernotte

Avocat au Barreau de Liège

f.ernotte@bls-avocats.be


Retrouvez d’autres articles de Florian Ernotte sur https://florianernotte.be


[1] Rapport au Sénat, Doc.parl. Sén., sess.1977-78, n° 415/2, pages 142-143

TOP^

Budget en entreprise

Les clés du succès de votre entreprise grâce à un budget bien établi.

Les chefs d’entreprises ont souvent tendance à attendre la clôture des comptes pour tirer des conclusions de leurs chiffres et aller de l’avant. Cependant, une gestion financière plus dynamique peut vous aider à développer votre entreprise et à vous rendre plus serein.

Le budget est un outil de gestion puissant souvent négligé des entreprises, surtout des plus petites. Nous allons pourtant vous démontrer que le budget est un outil de pilotage qui vous aidera à anticiper les risques et à prendre de bonnes décisions stratégiques, et ce quelle que soit la taille de votre entreprise.

Budget

Qu’est-ce qu’un budget ?

Le budget vous permet de tracer votre avenir et de piloter au mieux votre entreprise. Par exemple, on pourrait comparer le budget d’une entreprise à une feuille de route de rallye. Le copilote prépare son rallye, rédige les notes précises. Il essaye de rassembler tous les éléments à sa disposition afin d’essayer de maîtriser les divers paramètres et de guider au mieux le pilote.

Grâce au budget, vous fixez votre stratégie pour atteindre vos objectifs et ensuite vous élaborez un plan d’action journalier. Le budget aide à planifier le futur de votre entreprise et à déployer les moyens nécessaires pour amener l’entreprise là où vous le souhaitez.

Pour établir un bon budget, vous devez partir de vos hypothèses les plus réalistes possibles. Vous essaierez ensuite de prévoir au plus juste les diverses dépenses et d’introduire toutes les variations attendues (un nouvel investissement, l'octroi d’un prêt, l'engagement de personnel, une adaptation des prix, l'obtention de subsides …).

Cependant, il sert également à mettre en évidence les divers changements que vous souhaitez opérer, les modifications de votre marché, les divers problèmes rencontrés, les objectifs et les buts pour l’année à venir, etc.

Afin de construire un budget pertinent, il est intéressant de vous baser sur les années précédentes afin de prendre en compte les saisonnalités.

C’est le premier budget de votre entreprise ? Le premier budget d’une entreprise correspond souvent au plan financier. Ce plan financier sera le premier outil de pilotage de votre entreprise. Pour le construire de manière la plus pertinente possible, basez-vous sur votre vécu, l'analyse de vos concurrents, des sondages réalisés ou banques de données, etc.

Lors de la deuxième année de votre activité, il est alors temps de mettre en place ce fameux budget et de faire le point sur la première année écoulée.

Quels sont les avantages du budget ?

  • Le budget permet de contrôler vos finances ;
  • Le budget aide à prendre les bonnes décisions
  • Le budget permet de mieux anticiper les problèmes
  • Le budget vous dégage un plan de trésorerie qui vous permettra d’identifier à l’avance des problèmes de liquidité ou au contraire des opportunités d’investissement
  • Le budget permet de mettre sur pied une stratégie
  • Le budget vous conscientise sur les divers coûts que vous devez assumer. Vous aurez une vue d’ensemble de vos charges et c’est peut-être le moment de les analyser un peu plus en détail et de voir précisément dans quels postes vous pouvez réduire les coûts ou au contraire injecter un peu d’argent afin d’atteindre vos objectifs.
  • Le budget vous motive vous et votre personnel. Vous voyez directement dans quelle direction vous vous dirigez, avec les objectifs communs que vous devez atteindre. C’est un travail d’équipe avant tout. Il ne faut pas oublier de féliciter et encourager vos collègues.


Qui élabore les budgets et comment ?

Le budget peut être réalisé par le dirigeant d’entreprise, le comptable ou par le responsable financier. Cependant, il est vraiment intéressant d’impliquer vos managers qui connaissent le terrain et qui pourront fournir des informations plus précises sur les différents postes. Ils vous indiqueront de quelles enveloppes ils auront besoin pour atteindre les objectifs fixés. C’est

l’occasion également de faire le point sur divers postes avec eux et de les challenger.

Le budget peut également être établi dans un tableur ou dans un logiciel spécialisé, de type HannaH. Chacun doit trouver la formule la plus appropriée à ses besoins.

Suivi du budget

Réaliser un budget est important mais, pour que celui-ci devienne un véritable outil de gestion, il est intéressant de le suivre. Réaliser un budget sans le suivre n'a pas beaucoup sens. Si on reprend l’exemple du rallye, le copilote suit sa feuille de route pour guider au mieux le pilote. Cette feuille de route va l’aider à apercevoir les opportunités ou au contraire à anticiper les dangers. Il est certain qu’il devra constamment ajuster, car il aura oublié certains éléments ou au contraire de nouveaux se sont ajoutés. Cependant, il a une bonne base pour avancer en toute confiance.

Comme dans un rallye, il est évident que votre budget ne correspondra pas tout à fait à la réalité. Vous devrez donc mesurer les écarts et les analyser. Par exemple, s'il est bien de prévoir une hausse de 3 % du chiffre d'affaires pour l'année qui vient, qu'en est-il exactement après 3 mois d'activité ? Il sera impératif de comparer le budget avec les réalisations effectives à intervalles réguliers (tous les mois ou au moins tous les trimestres). En le suivant, vous détecterez très rapidement les écarts et vous réagirez en cas de besoin.

Afin de mener une bonne analyse, vous devez non seulement étudier les écarts sur les grandes rubriques, tels que les ventes, les approvisionnements ou le personnel, mais aussi analyser le détail de certaines d’entre elles. Cela permet par exemple de mettre en évidence que la progression des ventes sur les 3 premiers mois est due au succès d’un seul produit alors qu'un autre produit connaît un retard important pour cette même période.

Quels sont les avantages de réaliser un bon suivi de budget ?

  • Grâce au suivi de budget, vous aurez une meilleure vue sur votre trésorerie. Vous pourrez directement vous apercevoir s’il va vous manquer des liquidités ou non.
  • Le suivi de budget vous permet de suivre vos objectifs et de féliciter votre équipe lors d’une réussite ou de la motiver pour l’atteindre.
  • Le suivi de budget vous aide à savoir vers où vous vous dirigez. Par exemple, pour le premier trimestre, vous avez bien réalisé le chiffre d’affaires souhaité, vos produits se vendent bien et vous n’avez pas eu de charges imprévues. Ce constat va vous motiver pour la suite.
  • Une autre situation serait que vos attentes ne soient pas satisfaites. Il sera alors nécessaire d’en analyser les causes et de réagir avant qu’il ne soit trop tard.
  • Étapes clés de l’élaboration d’un budget ?

    1 . Réalisez une analyse de vos chiffres de l’année précédente.

    2 . Mettez en évidence vos réussites, vos échecs, vos points d’attention, etc.

    3 . Une fois l’analyse du passé réalisée, penchez-vous sur le futur de votre activité en définissant vos divers objectifs pour l’année à venir, mais également à plus long terme. Il est intéressant d’impliquer certaines personnes ressources de votre entreprise afin de définir les objectifs. Les prendre en considération va les valoriser et les motiver de manière quotidienne.

    4 . Sur base des objectifs à réaliser, construisez votre budget. Attention, il est important d’élaborer un budget réaliste.

    • Quels chiffres d’affaires souhaitez-vous réaliser ?
    • Quels seront vos coûts ?
    • Devez-vous engager de nouvelles personnes ?
    • Avez-vous des investissements intéressants à réaliser pour votre activité ?
    • ...

    5 . Présentez-le et écoutez le feedback.

    6 . La nouvelle année débute ? N’oubliez pas de suivre votre budget et d’analyser les écarts régulièrement afin de savoir vers où vous vous orientez. Respectez-vous votre budget ? Devez-vous le rectifier ? Réalisez-vous plus de bénéfices que prévu ? etc. Toutes ces informations seront primordiales pour piloter votre entreprise au quotidien.

    En conclusion

    Nous savons que les petites entreprises sont souvent dépassées par les tâches opérationnelles journalières. Néanmoins, prendre le temps de construire un budget et de le suivre vous aidera à gérer votre entreprise afin d’atteindre vos objectifs ou encore mieux à les dépasser.

    La construction du budget permet également de prendre du recul par rapport au terrain.

    TOP^

    Pourquoi un reporting sur mesure peut intéresser votre client ?

    Pourquoi un reporting sur mesure peut intéresser votre client ?

    Une entreprise a besoin d’indicateurs clés pour gérer au mieux son business. Le comptable a son rôle à jouer dans le pilotage de l’entreprise. Il peut en effet aider celle-ci à mettre sur pied un outil de gestion qui en l’occurrence sera un tableau de bord. Ce tableau de bord permet à l’entreprise d’avoir une vue sur sa santé financière. Une bonne analyse lui permettra par la suite de prendre des décisions en connaissance de cause.

    Dans cet article, nous allons voir comment vous pouvez mettre en place un tableau de bord avec votre client. Ensuite, nous aborderons les atouts apportés par un tableau de bord, nous passerons en revue quelques conseils pour créer des tableaux financiers efficaces et enfin nous verrons comment les réaliser.


    Comment mettre en place un tableau de bord avec votre client ?

    Premièrement, il est intéressant de fixer ensemble les objectifs qu’il doit atteindre durant l’année ou à plus long terme. Ces objectifs seront une bonne motivation pour les membres de l’entreprise pour autant qu’ils soient SMART (spécifique, mesurable, ambitieux, réaliste, temporel).

    Une fois les objectifs fixés, il faut mettre un plan d’action en place afin que l’entreprise puisse les atteindre

    Ensuite, vous devez définir des indicateurs clés qui permettent de mesurer ces divers points.

    A ce moment, un tableau de bord personnalisé à la situation de votre client peut être établi. Convenez d’une fréquence à laquelle vous lui envoyez ce tableau. En fonction du business, il n’est peut-être pas nécessaire d’en réaliser un mensuellement.


    Qu’est ce qu’un tableau de bord peut apporter à l’entreprise ?

    Le tableau de bord permettra à l’entreprise de prendre du recul sur sa situation, de faire le point et d’en tirer des conclusions.

    Il vous permettra également d’avoir une base concrète de discussion avec votre client. Vous analyserez sa santé financière et pourrez le prévenir à temps s’il rencontre des problèmes. Vous pourrez également l’aider à mettre en place des nouvelles actions, d’en modifier certaines, ou carrément en supprimer.

    Grâce à ce "reporting", le chef d’entreprise peut se projeter et envisager des nouveaux projets.

    Via le tableau de bord, vous pouvez également inculquer des nouvelles connaissances de gestion au chef d’entreprise.

    Pour conclure, le tableau de bord régulier permettra à l’entreprise d’être réactive et d’anticiper les problèmes. Elle pourra envisager l'avenir et prendre des décisions en s’appuyant sur des éléments objectifs.


    Quelques recommandations pour avoir un tableau de bord efficace

    Il existe de nombreux modèles de tableaux de bord. Or, il est important que le modèle choisi soit compréhensible et parlant pour l’entreprise. Comme il est possible de faire dire beaucoup de choses aux chiffres, il est important de créer des ratios spécifiques qui ont une signification pour l’entreprise, afin qu’elle perçoive le tableau de bord comme un réel outil de gestion.

    Le tableau de bord ne devra pas contenir trop d’informations. Il vaudra mieux se limiter à quelques indicateurs clés pertinents pour la gestion.

    Il sera important d’avoir une bonne collaboration. D’une part, l’entreprise devra s’engager à bien transmettre toutes les sorties et entrées au comptable. Par ailleurs, celui-ci devra être à jour dans l’encodage. Vous êtes partenaires avec un objectif commun : la réussite de l’entreprise.

    Comment réaliser ces tableaux de bord ?

    Vous pouvez les réaliser dans Excel. De plus, certains logiciels de comptabilité proposent également de petits tableaux de bord avec certains chiffres clés. Ces solutions peuvent être suffisantes pour certains de vos clients.

    Cependant, si vous avez un client plus exigeant ou spécifique qui souhaite un tableau de bord sur mesure, le logiciel HannaHLisa peut vous aider car il permet de créer des modèles sur mesure pour répondre à chaque situation.

    Sachez que HannaHLisa peut vous servir pour du" reporting", pour comparer des comptes mensuels, annuels, trimestriels, etc., mais également pour comparer les chiffres de diverses entités.



    GREGOIRE E.

    TOP^

    Le plan financier, que dit la législation ?

    Le plan financier vu par Florian Ernotte, Avocat

    Le droit des sociétés impose aux fondateurs de “remettre au Notaire, un plan financier dans lequel ils justifient le montant du capital social de la société à constituer” (pour les SPRL: article 215 du Code des Sociétés, pour les SCRL: article 391 du Code des Sociétés et pour les SA: article 440 du Code des sociétés).


    L’importance du plan financier est trop souvent négligée par les fondateurs de société. En effet, outre son impact sur le “business model” de votre entreprise, un plan financier “bâclé” ou mal rédigé pourra entraîner la responsabilité des fondateurs. Cette situation n’aboutira que dans le cas où la société fait faillite dans les deux années qui suit sa constitution.


    L’objectif principal du plan financier est de répondre à la maxime “réfléchir avant d’agir”.


    Afin de bien comprendre l’importance du plan financier, il est nécessaire d’examiner d’abord ce que recouvre la notion de capital (section 1).

    Ensuite, nous nous attarderons sur le plan financier tel que défini dans le code des sociétés (section 2).

    Enfin, nous examinerons la notion de plan financier tel que reprise dans le nouveau Code des Sociétés et des Associations qui a fait l’objet d’une proposition de loi déposée le 4 juin 2018 (section 3).

    Section 1 : le capital social

    L’un des avantages majeurs de constituer une société est la séparation des patrimoines. La SPRL, la SCRL et la SA dispose, en effet, d’une personnalité juridique propre et donc d’un patrimoine distinct de ses fondateurs et associés. Ce patrimoine et cette personnalité juridique distincte des associés/actionnaires permettent de leur offrir une responsabilité limitée.


    Cette responsabilité limitée signifie que les associés ou actionnaires ne seront tenus qu’à concurrence des montants qu’ils ont décidé d’apporter à la société.


    Généralement, on souscrit du capital soit en numéraire (en espèce) soit en nature. La souscription en numéraire signifie que l’associé verse un montant déterminé à la société. La souscription en nature signifie que l’associé va apporter des biens à la société. Dans les deux cas, l’associé recevra, en échange de son apport, des titres représentatifs du capital apporté (des parts pour une SPRL ou des actions pour une SCRL ou une SA).


    Il existe également un cas spécifique qui ne sera pas examiné ici, l’apport en industrie.


    Le code des Sociétés prévoit, en fonction du type de société, un montant minimum de capital à souscrire et à libérer.


    Pour la SPRL, le code prévoit qu’il faut souscrire un capital minimum de 18.550 € et que 6.200 € soit au moins libéré lorsqu’il y a deux associés fondateurs ou plus.


    Pour la SPRL unipersonnelle (un seul fondateur), le montant du capital minimum à libérer est de 12.400 €.


    Pour la SPRL-S (Starter), le capital social peut être de un euro.


    Pour la SCRL, le capital minimum à souscrire est de 18.550 € dont 6.200 € à libérer à la constitution.


    Pour la SA, le capital minimum à souscrire est de 61.500 € dont l’intégralité doit être libéré.

    Section 2: le plan financier dans le Code des Sociétés

    La loi impose qu’à la constitution d’une société, un plan financier soit remis au Notaire instrumentant. Ce dernier ne doit pas vérifier le contenu du plan financier mais il a un devoir d’information et devra, en conséquence, attirer l’attention des fondateurs sur l’importance d’un plan financier.


    Le Notaire ne doit pas vérifier le contenu du plan financier de sorte qu’il n’y a pas de contrôle a priori.


    Pour la SPRL, l’article 215 du Code des Sociétés dispose :


    “Préalablement à la constitution de la société, les fondateurs remettent au notaire instrumentant un plan financier dans lequel ils justifient le montant du capital social de la société à constituer. Ce document n'est pas publié en même temps que l'acte, mais est conservé par le notaire.

    Dans le cas visé à l'article 211bis, le fondateur est tenu, pour la rédaction du plan financier, dont les critères essentiels sont fixés par le Roi, de se faire assister par une institution ou organisation agréée à cette fin par le Roi, un comptable agréé, un expert-comptable externe ou un réviseur d'entreprises désigné par le fondateur.”


    Une disposition similaire existe pour la SCRL (article 391 du code) et pour la SA (article 440 du Code).


    Outre l’obligation de déposer un plan financier à la constitution, le législateur a prévu un contenu spécifique à respecter pour la SPRL-S (Starter).


    Le législateur a prévu des dispositions, dans l’arrêté-royal d'exécution du Code des Sociétés (article 219ter et suivants de l’AR d’exécution du Code des Sociétés), qui précise le contenu du plan financier ainsi que l’assistance d’un professionnel du chiffre pour la rédaction dudit plan financier.


    Pour la SPRL-S (Starter), il est requis que le plan financier contienne:

    1. une description de la société qui va être créée,
    2. un bilan projeté,
    3. un compte des résultats projeté,
    4. un tableau de financement projeté.

    Le législateur n’a pas prévu de contenu spécifique pour la SPRL, la SCRL et la SA, ni d’obligation d’assistance par un professionnel du chiffre. Les fondateurs peuvent donc librement rédiger leur plan financier.


    L’assistance d’un professionnel du chiffre est toutefois vivement conseillée.

    Section 3: le plan financier dans le nouveau code des Sociétés et des Associations

    Une proposition de loi a été déposée et concrétise la volonté des praticiens et des pouvoirs politiques de réformer le droit des sociétés afin que la Belgique reste compétitive à l’égard de ses voisins européens, notamment.


    Sans reprendre toutes les modifications de cette réforme, nous signalerons que les formes des sociétés sont réformées.


    A cet égard, la SPRL disparait au profit de la SRL. Cette réforme prévoit également de supprimer la notion de capital minimum obligatoire pour la société ayant la personnalité juridique. La suppression de l’obligation de disposer d’un capital minimum est toutefois compensée par une exigence de posséder un patrimoine initial suffisant.


    Pour ce faire, le nouveau code des sociétés impose toujours qu’un plan financier soit rédigé et déposé lors de la constitution de la société. Toutefois, le nouveau code des sociétés va maintenant fixer les critères, dans le code.


    Le nouveau code des Sociétés et des Associations impose dorénavant que le plan financier doit au moins comporter les éléments suivants:

    1. une description précise de l’activité projetée;
    2. un aperçu de toutes les sources de financement à la constitution en ce compris, le cas échéant, la mention des garanties fournies à cet égard;
    3. un bilan d’ouverture établi conformément au schéma visé à l’article 3:3, ainsi que des bilans projetés après douze et vingt-quatre mois;
    4. un compte projeté de résultats après douze et vingt-quatre mois, établi conformément au schéma visé à l’article 3:3;
    5. un budget des revenus et dépenses projetés pour une période d’au moins deux ans à compter de la constitution;
    6. une description des hypothèses retenues lors de l’estimation du chiffre d’affaires et de la rentabilité prévus;
    7. le cas échéant, le nom de l’expert externe qui a apporté son assistance lors de l’établissement du plan financier.

    Pour conclure, nous reprendrons une partie de l’exposé des motifs du projet de loi créant le nouveau code des Sociétés et des Associations qui indique :


    “En raison du remplacement de l’exigence d’un capital minimum par l’obligation de prévoir un patrimoine initial suffisant, et de la suppression de la SPRL-S, les obligations relatives au plan financier sont renforcées. Son contenu minimum est déterminé dans le code lui-même. Les fondateurs peuvent évidemment se faire aider par un expert externe pour la rédaction d’un plan financier. Cette assistance est certainement recommandée pour les entrepreneurs débutants. Afin de ne pas alourdir les frais de constitution dans tous les cas, il a cependant été décidé de ne pas rendre obligatoire une telle assistance.”


    La rédaction du plan financier “doit empêcher que des sociétés soient constituées de manière irréfléchie. En ayant à l’esprit l’expression “réfléchir avant d’agir”, les fondateurs doivent réfléchir à l’activité projetée et mettre à disposition de la société les moyens financiers nécessaires. Ensuite, il protège les fondateurs car il permet au juge de se baser sur la situation et les informations existant au moment de la constitution pour apprécier leur responsabilité dans la constitution d’une société avec un patrimoine initial manifestement insuffisant“.


    Florian Ernotte


    Avocat au Barreau de Liège


    f.ernotte@bls-avocats.be


    Retrouvez d’autres articles de Florian Ernotte sur https://florianernotte.be.

    TOP^

    Etablir des prévisions de trésorerie : est-ce vraiment nécessaire ?


    Etablir des prévisions de trésorerie : est-ce vraiment nécessaire ?

    Il est essentiel d’établir des prévisions de trésorerie afin d’avoir une gestion financière saine. L’établissement de prévisions financières et de flux de trésorerie permet aux entreprises de renforcer leur bilan, d’améliorer leur stabilité financière et d’accroître leur rentabilité.


    Il est important de comprendre que la gestion de la trésorerie n’est que prévisionnelle. En effet, la plupart des décisions du trésorier sont prises sur base de flux financiers ou de positions de comptes prévisionnels ; il est donc nécessaire pour le trésorier de savoir établir des flux de trésorerie sur différentes périodes. Si ces prévisions sont adéquatement mises en place, elles permettront le contrôle, la mise en alerte et la description de la situation face aux risques que le trésorier doit couvrir.


    Nous avons donc vu la grande nécessité d’établir des prévisions pour l’entreprise. Afin d’établir des prévisions de trésorerie, le trésorier va dresser le budget de trésorerie ou le plan de trésorerie. Il s’agit d’un document qui recense les prévisions d’encaissements et de décaissements de l’entreprise sur une période donnée. Le plus souvent, ce document s’établit sur base annuelle dans le but d’évaluer la saisonnalité de la position de trésorerie mois par mois et d’optimiser sa gestion prévisionnelle. Ce budget annuel de trésorerie a également pour but d’évaluer le besoin de financement à court terme de l’entreprise, de vérifier la capacité de la trésorerie à absorber les actions prévues (variation du besoin en fonds de roulement, nouveaux investissements, remboursements d’emprunts, versements de dividendes, etc.) ainsi que de calculer les frais ou produits financiers à court terme.


    Afin d’établir ce budget, il est nécessaire qu’un certain nombre de données soient communiquées par les différents services. Il est l’aboutissement de tous les budgets réalisés par les différents départements de l’entreprise (achats, ventes, investissements, personnels, etc.). Ce plan est la synthèse, sous forme de flux monétaires, de tous les budgets identifiés en amont et permet de mettre en évidence les actions à mener au niveau de la trésorerie. Il est, en principe, calculé sur douze mois et les flux cumulés et la position de trésorerie sont définis chaque mois. Les montants comptabilisés dans le budget étant TVA comprise, il faut également établir un budget prévisionnel de TVA de façon à intégrer les dépenses dues au paiement de celle-ci.


    N’hésitez donc plus ! Etablissez votre budget de trésorerie afin de pouvoir prévoir vos dépenses futures et ainsi assurer la pérennité de votre entreprise.

    V. Davreux

     


    ID-Soft spécialisé depuis 30ans dans les logiciels de plans financiers, suivi de budgets et analyse financière.

    TOP^

    Pourquoi réaliser un business plan ?

    Pourquoi réaliser un business plan ?

    Pour certaines personnes, la réalisation d’un business plan sert uniquement pour lever des nouveaux capitaux ou pour introduire la demande d’un nouvel investissement à la banque. Cependant, un business plan présente bien d’autres avantages : c’est un outil puissant de gestion, primordial dans ce monde en perpétuel changement.

    Un business plan vous oblige à réfléchir sur votre activité, votre positionnement par rapport aux concurrents, votre marché, l’évolution de vos produits et services, l’analyse de vos aptitudes, ressources, atouts et faiblesses, vos stratégies futures et votre état financier.

    Il vous permet ensuite d’analyser votre passé et d’en tirer des conclusions afin de ne pas commettre les mêmes erreurs. En effet, il vous permet de prédire le futur que vous comparerez par la suite avec la réalité du terrain. L’analyse des écarts vous donnera de bons indicateurs sur les stratégies futures à prendre.

    Un business plan tente de vous prédire le futur. Que vous soyez une entreprise existante ou un porteur de projet. Les prévisions financières et le budget serviront de guide à travers vos étapes clés et le management de votre activité.

    Il permet de rassembler vos employés autour d’une même vision.

    Par ailleurs, il permet de bien connaitre son environnement, son marché, ses concurrents, etc., ce qui permettra à l’entreprise d’avoir plus de chances de se trouver au bon endroit au bon moment.

    En résumé, le business plan vous aide à décrire les lignes directives du futur de votre entreprise, ce à quoi vous aspirez.

    E. GREGOIRE

     


    ID-Soft spécialisé depuis 30ans dans les logiciels de plans financiers, suivi de budgets et analyse financière.

    Vous cherchez de l'aide ? Ne tardez plus et rencontrez l'un de nos conseillers !

    Thèmes : business plan, plan financier, lever de fond

    TOP^

    Infographie - Santé financière de l'entreprise

    N. Bakthar

     


    ID-Soft spécialisé depuis 30ans dans les logiciels de plans financiers, suivi de budgets et analyse financière.

    TOP^

    Les ratios propres aux entreprises sociales

    Les ratios propres aux entreprises sociales

    Les ratios financiers sont des indicateurs utilisés pour conduire des analyses financières d’entreprises. Ils sont le plus souvent utilisés par le dirigeant pour suivre son entreprise ou par des repreneurs d’entreprises et investisseurs, notamment dans le cadre d’une évaluation de la valeur de l’entreprise.


    Un ratio financier représente un coefficient ou un pourcentage calculé par un rapport entre deux masses. Il se base sur des données existantes (passés, présentes et futures lors de prévisions financières).


    Il fournit une indication sur la rentabilité d’une entreprise, la structure de ses coûts, sa productivité, sa solvabilité, ses liquidités, son équilibre financier, etc.


    Les ratios financiers sont généralement regroupés en 4 grandes catégories :

    • Les ratios d’exploitation,
    • Les ratios de rentabilité,
    • Les ratios de solvabilité,
    • Les ratios de structure.

    Mais dans certains cas, il est intéressant de mettre en avant une 5ème catégorie, reprenant les ratios propres aux entreprises sociales. Parmi ceux-ci, on peut citer :<:p>

    1. Le ratio de financement par le marché montrera la part des rentrées financières provenant des ventes de produits et prestations de services face à l’ensemble des rentrées dites ‘hors marché’;
    2. Le ratio de financement ‘hors marché’, à l’inverse, montrera la part des rentrées financières telles que les cotisations, les dons, les legs ou encore les subsides face aux ventes de produits et prestations de services;
    3. Le ratio de financement public de l’emploi informera l’analyste de la part des frais de personnel financée par les financements publics…;
    4. … tandis que le ratio de financement du personnel permettra de voir si le disponible de la période permet d’assumer le payement des salaires mensuels.

    Ces ratios permettent donc d’établir certaines analyses propres aux entreprises sociales financées en partie par des fonds publics.

    PF. JANSSEN

     


    ID-Soft spécialisé depuis 30ans dans les logiciels de plans financiers, suivi de budgets et analyse financière.


    Thèmes : ratios, entreprise sociale, ratios financiers

    TOP^

    Infographie - Changements ATN (avantages de toute nature) prévu pour 2018

    N. Bakthar

     


    ID-Soft spécialisé depuis 30ans dans les logiciels de plans financiers, suivi de budgets et analyse financière.

    TOP^

    Anticiper pour mieux décider : l’importance du suivi de budget

    Anticiper pour mieux décider : l’importance du suivi de budget

    En tant que comptable, vous êtes un acteur clé pour aider le dirigeant d’entreprise à piloter sa société, c’est-à-dire l’amener vers une situation préalablement déterminée. Pour dessiner au mieux le chemin à parcourir, il faut se fixer une stratégie pour atteindre des objectifs et ensuite décliner cette stratégie en actions de tous les jours.

    Pour pouvoir se positionner, coordonner ses activités et se projeter dans le futur, le dirigeant peut avoir recours à un outil de pilotage et d’aide à la décision : le suivi de budget !

    En effet, essayer de piloter une entreprise uniquement avec la comptabilité traditionnelle, sans suivi de budget et sans tableaux de bord, c’est un peu comme essayer de piloter une voiture en regardant seulement dans le rétroviseur.


    Établir un suivi de budget permet de répondre à deux questions essentielles à tous les moments de la vie de l’entreprise :

    • Est-on sur la bonne route ?
    • A-t-on atteint (ou sommes-nous en train d’atteindre) les objectifs fixés ?

    Avant de pouvoir aborder un suivi de budget cohérent, il faut donc au préalable fixer les prévisions budgétaires et les objectifs à long terme dont elles découlent en partie.

    Le projet de création ou de développement doit comporter des prévisions montrant comment l’entreprise fonctionnera durant sa croissance. Une fois la situation financière actuelle dressée et les objectifs formulés, il sera possible d’établir des prévisions fondées sur les besoins financiers. On établit habituellement deux types d’états financiers prévisionnels pour indiquer comment l’entreprise entend s’y prendre :

    • Des prévisions annuelles s’échelonnant sur une période d’un à cinq ans,
    • Un budget mensuel de trésorerie pour au moins la première année.

    Un budget est donc une expression monétaire d’un plan d’action pour une période spécifique. Cet outil de structuration et de présentation aide à concrétiser à court terme les objectifs fixés à long terme.


    La phase de suivi permet une confrontation entre les résultats réels et les standards du budget. Cette analyse permet une gestion dynamique plutôt que statique au sein d’un processus d’amélioration continue.

    Un suivi de budget permet donc de savoir à tout moment d’où on vient, où on est, et vers où on va… !

    P.F JANSSEN

     


    ID-Soft spécialisé depuis 30ans dans les logiciels de plans financiers, suivi de budgets et analyse financière.

    Vous cherchez de l'aide ? Ne tardez plus et rencontrez l'un de nos conseillers !

    Thème : budget, importance du budget, suivi de budgets, budget en entreprise, budget prévisionnel

    TOP^

    Les budgets... A quoi ça sert ?

    Les budgets... A quoi ça sert ?


    Pour beaucoup de responsables financiers et dirigeants d'entreprise, les prochaines mois vont être consacrées à la réalisation des budgets.


    Cette tâche, gourmande en temps et en attention, a de nombreux objectifs pour la pérennité de l'entreprise, tous aussi primordiaux les uns que les autres. Parcourons ensemble quelques avantages à retirer d'un budget.

    Meilleure vision de l'avenir, il rassure :

    Compte tenu de la complexité de la vie économique et de ses incertitudes sans cesse croissantes, bien estimer ses rentrées et ses dépenses aide à éclaircir l'avenir financier de l'entreprise. Basée entre autres sur les derniers bilans et comptes de résultats, l'élaboration du budget permet de parcourir de manière exhaustive tous les postes, et de repérer ainsi par exemple les coûts inutiles ou surélevés.

    Outil de simulations, il aide à prendre les bonnes décisions

    Pour faire évoluer l'entreprise, il importe de prendre en compte les variations attendues, comme un nouvel investissement, l'obtention d'un emprunt ou d'un subside, une adaptation de prix, l'engagement de personnel supplémentaire, etc. Chaque fois qu'il faut faire un choix, une part d'incertitude fragilise la décision. HannaH permet de réduire considérablement cette zone d'incertitude, en donnant directement l'impact de la décision, tant au niveau de la rentabilité que de la trésorerie.

    Outil de gestion permanent, il permet d'adapter les stratégies dans les temps :

    Estimer l'avenir est un exercice délicat. C'est la raison pour laquelle il est important et utile de revoir et retravailler régulièrement ses prévisions. Dans HannaH, la fonction 'Sauver sous' permet de modifier facilement les prévisions de base sans pour autant en perdre la trace.

    Outil de suivi et de contrôle, il aide à rectifier le tir :

    Comparer le budget à la réalité et calculer les écarts fournissent une information précieuse au dirigeant. Ainsi, il est par exemple possible que le chiffre d'affaires réel d'une entreprise soit meilleur que prévu, même si un des produits ne rencontre aucun succès. Autre exemple fréquemment rencontré : des écarts négatifs peuvent être constatés au niveau des frais généraux ; une analyse détaillée permet souvent de mettre le doigt sur un ou plusieurs postes touchés par une surconsommation anormale...

    J.  SERVAIS

    ID-Soft spécialisé depuis 30ans dans les logiciels de plans financiers, suivi de budgets et analyse financière.

    Vous cherchez de l'aide ? Ne tardez plus et rencontrez l'un de nos conseillers !

    Thème de l'article : budget prévisionnel, suivi de budgets, budget en entreprise, importance d'un budget

    TOP^

    La clé du succès de l'entreprise passe par un budget bien suivi...

    La clé du succès de l'entreprise passe par un budget bien suivi...

    HannaH - suivi de budget


    Pour le dirigeant d'entreprise, il est impératif d'évaluer l'avenir chaque année.

    Sur base d'une estimation des produits et charges attendues et si possible en s'aidant des derniers bilans et compte de résultats de l'entreprise, celui-ci budgétisera l'année suivante. Pour obtenir un bon budget, il partira d'hypothèses réalistes, essaiera de prévoir les dépenses le plus précisément possible et introduira toutes les variations attendues: un nouvel investissement, l'octroi d’un prêt, l'engagement de personnel, une adaptation des prix, l'obtention de subsides, …


    Certains responsables affirment toutefois qu'ils n'ont pas besoin de budget pour estimer ce que l'avenir leur réserve. C'est oublier la complexité croissante de la vie économique et les incertitudes qu'elle comporte. Un petit écart peut avoir de grandes conséquences !


    C'est pour cette raison que le budget devra, durant l'exercice suivant, être régulièrement revu et travaillé. Ainsi, l'entreprise disposera d'un système qui l'aidera à mesurer et à améliorer ses performances.


    Il est évident que les prévisions se différencieront de la réalité et qu'il est donc nécessaire de mesurer les écarts. C'est bien de prévoir une hausse de 3 % du chiffre d'affaires pour l'année qui vient mais qu'en est-il après 3 mois d'activité ? A intervalles régulier, tous les mois ou au moins tous les trimestres, il sera impératif de comparer le budget avec les réalisations effectives.


    Pour parvenir à une bonne analyse, il conviendra non seulement de bien étudier les écarts sur les grandes rubriques, tels que les ventes, la production ou les achats, mais aussi d’analyser le détail de certaines d’entre elles. Cela permettra par exemple de mettre en évidence que la progression des ventes sur les 3 premiers mois est due au succès d’un seul produit alors qu'un autre produit connaît un retard important pour cette même période.


    Cette première analyse par rubrique et par poste fournit une information précieuse à l'entreprise, mais elle ne fournit pas encore une vue globale de l'impact sur les résultats des écarts constatés. Ainsi, si l’engagement d’un vendeur supplémentaire a été nécessaire pour générer le chiffre d’affaires budgétisé, le résultat peut s’avérer moins positif que prévu. Les écarts sur d'autres chiffres clés tels que la marge brute, la valeur ajoutée et le cash-flow fournissent également des informations intéressantes.


    Enfin, l’analyse optimale découlera de la détermination du résultat, non plus sur 1 mois ou sur un trimestre, mais sur l’entièreté de l’exercice, en combinant les chiffres réels pour les mois écoulés avec les chiffres budgétisés pour les mois à venir.


    Peut-être avez-vous l'impression que cette approche ne concerne que les grandes entreprises ou vous demanderait trop de temps ? Détrompez-vous; une petite entreprise peut tirer parti de tels enseignements, rectifier ses actions et optimiser sa gestion dans le futur.


    Un bon outil informatique rendra cette approche efficace.


    J. SERVAIS

     

    ID-Soft spécialisé depuis 30ans dans les logiciels de plans financiers, suivi de budgets et analyse financière.

    Vous cherchez de l'aide ? Ne tardez plus et rencontrez l'un de nos conseillers !

    Thème de l'article : suivi de budgets, budget en entreprise, importance du budget.

    TOP^